ZAP (titre provisoire)

« Le collectif ZA (groupe artistique latent) visionne un film, à la recherche du son «za»; seuls ces sons sont conservés, les images correspondantes avec – le reste du film est censuré, noir et silencieux. Souvent les flashes l’interrompent, qui chuchotent, mangent ou crient leur «za». L’enjeu est de noircir ainsi tous les films du monde, il faudra probablement tous s’y mettre. Dans l’exposition, les écrans sont partout, indétectables dans le noir – jusqu’au «za» qui éclaire subitement l’espace. Et l’on jurerait qu’une salve se déclenche : les «za» se répondent. C’est très calme et effroyablement crispant. »

François Belsoeur, heteronymû jour huit section rythmique, 2013

NOTE D’INTENTION A COMPLETER 

a/ voilà quelques notes regroupées vite fait, si vous pouviez les commenter, les augmenter, les transformer, etc…

Il va falloir que le texte prenne forme rapidement.

voilà

sélection de plusieurs films (20 pour commencer)

prendre un long métrage

remplacer les moments qui ne sont pas du za par du noir.

On conserve la durée du film,

conserver les moment du film où il y a le son za, à son emplacement original et conserver l’image associée. Tout la durée autre du film est noire et silencieuse.

Version physique

Au final en appliquant le procédé sur de multiple films sur plusieurs moniteurs, on obtient une symphonie aléatoire de surgissements du son za accompagné du flash associé.

Marclay : chorégraphie à partir d’image cinématographiques reprises

Cage : boucles en dissonances, simplicité du motif

prendre un film, adapter à plusieurs film, a terme tous les films du monde, on commence par ceux les plus proche de nous, encyclopédie du son za dans les films de l’histoire

scénographie possible selon le choix des films pour une exposition donnée.

D’abord sur internet, au fur et à mesure, vitrine sur la recherche, work in progress

puis sélection pour scénographies expo (rythmique, autoportrait en creux, thématique)

autoportrait en creux pour la première, sélection des films se fait à partir de nous

moniteurs dans l’espace, présentent les vidéos en boucle. Boucles en décalage, son en consente évolution, réarrangements, le visiteur ne verra pas deux fois la même chose.

Stroboscope au ralenti, pièce hystérique et silencieuse.

b/ « Je ne sais pas si c’est du cinéma, c’est juste une lettre, pour vous mes amis » – Jonas Mekas.

je pense aussi qu il faut commencer par exposer simplement l’action et la démarche.
Dans son procédé (simple?) comme le résume bien Delphine
Dans la création de cette symphonie évolutive (dans son côté boucles décalées), hystérique et silencieuse (j aime bien la formulation)
Dans l’utilisation d’images optiques-sonores (pour reprendre le terme deleuzien) comme matière première à notre création (comme le fait Marclay par exemple)

se présenter tout de même afin de faire comprendre pour quoi ZA et pas ZU ou BI, dans ce sens j aime cette formulation

1) Le groupe ZA est un collectif informel. Artiste ou non, fictifs ou
réels, vivant ou mort est ZA qui est décrété ZA par lui-même ou par un
tiers, membre du groupe ou non.
	2) La vocation de ZA est de définir ce qu’est ZA.
	3) Cette définition est une forme, elle n’est pas plus vraie qu’une
autre, le groupe ZA se donne le droit de la contredire formellement.

et celle ci

Notre ordre sera subjectif, nous
suivons les priorités que nous dicte notre instinct. Si nécessaire
nous ferons passer le Z avant le A, tout en gardant une volonté de
traiter tout les cinémas, c’est-à-dire des œuvres de genres, d’époques
et de nationalité divers.

ce qui ramène aussi à cette idée d’autoportrait en creux de Delphine

Puis insister sur ce côté : entreprise interminable et donc évolutive qui nous amène à proposer d’un côté un « work in progress » via le web et des mises en place scénographiques différentes selon l’avancement de ce référencement.

En espérant être à peu pres clair moi aussi…
Continuons, je sens que za vient

c/ Nous rédigeons ici une note d’intention quant à un projet, que nous
avons élaboré à quatre personne, en tant que collectif za. Nous
tentons ici de définir de quoi il retourne en théorie et en pratique.
Nous commencerons par expliquer le processus de création en tant que
tel. Dans un deuxième temps, nous expliciterons certains éléments,
amorcerons certaines réflexions et définirons ce qu’est le groupe za.

1)      Protocole.

Nous avons pour le moment une liste de 20 films sur lesquelles le
processus qui suit sera appliqué.

Pour chaque film, nous repérons toutes les apparitions du vocable « za
» au cours d’un visionnage. Ce peut être, par exemple, la deuxième
syllabe du nom « Elsa » ou encore la liaison de « aux armes ». Peu
importe le sens ou déroulement du film, c’est un travail sur le
vocable za.
Viens ensuite un travail de montage où pour chaque film « tout ce qui
n’est pas le vocable za et l’image qui lui correspond » est effacé.
De chaque film, après montage, nous conservons les apparitions de za,
c’est-à-dire le vocable et l’image qui lui correspond, ainsi que la
durée du film. Ce qui n’est pas za ne sera pas supprimé mais noir et
muet. (Un long blanc noir).
Doit-en résulter la silhouette du film (noir et silence) entrecoupée
d’apparition d’images sonores.

Nous avons ici une matière première qu’il s’agit de réutiliser.

2)      Référencement

Ce travail est analogue à la recherche encyclopédique, il est
interminable, mais nous croyons important d’en rendre compte, même si
nous prévoyons de l’utiliser comme « matière première », mais nous y
reviendrons.

Nous avons donc pour l’instant 20 films à traiter. Ces 20 films sont
autant de références cinématographiques, le travail que nous
exécuterons constituera une banque de données.
Cette banque de données, nous comptons la diffuser sur Internet.
En termes de monstration, nous avons d’ors et déjà rejeté le fait de
montrer les films un à un.
Autrement dit, les films ne seront, a une exception près, pas visible
indépendamment les uns des autres. C’est un travail sur le cinéma et
ses références et non sur des films en particulier.

Il s’agira alors de montrer d’abord le premier film réalisé
(l’exception), puis les deux premiers (en scindant l’écran en deux),
puis les trois premiers simultanément, les uns à côté des autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s